Appel pour la Démocratie au Vietnam

Thich Quang Do
Ere bouddhique 2544
Centre Zen Thanh Minh – Saigon, le 21 février 2001

 


Après une introduction où Thich Quang Do rappelle que le Bouddhisme "n’a jamais enseigné la renonciation à la société" et qu’au contraire, il a toujours cherché "à respecter et à protéger l’être humain, et [à s’opposer] activement à toutes les formes d’injustice sociale et d’inégalité", et explique que par conséquent, face à la situation très grave dans laquelle se trouve le Vietnam, l’Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam (EBUV) ne pouvait que s’engager à soutenir ceux qui œuvreront pour une véritable démocratie.

Il en appelle ainsi aux intellectuels et aux citoyens vietnamiens concernés de tous les horizons, sans considération de leurs opinions politiques ou de leurs croyances religieuses, à tous les peuples du monde qui chérissent la justice et la démocratie, à tous les gouvernements, institutions internationales, organisations des droits de l’Homme, mouvements démocratiques et syndicats concernés de soutenir le programme en 8 points pour la démocratie et l’aider à se réaliser rapidement au Vietnam.


 

Considérant que :

- Pour contrer l’actuelle dictature monopartiste, une alliance populaire composée des différentes tendances politiques et religieuses doit se former pour poser les fondations d’un gouvernement démocratique et pluraliste. En particulier, l’article 4 de la Constitution [sur la suprématie du Parti Communiste et de la doctrine marxiste-léniniste] devrait être aboli [...].

- Pour contrer le contrôle massif du régime totalitaire, tous les instruments des droits de l’Homme de l’ONU et les conventions sur les droits civils et politiques auxquels le Vietnam est partie doivent être pleinement appliqués. Concrètement, la liberté de fonder des associations ne doit pas être sujet à l’approbation du Front de la Patrie, qui est un outil politique du Parti Communiste Vietnamien (PCV) ; la liberté d’expression ne doit pas être subordonnée à la doctrine et à la pensée marxiste-léniniste ; la liberté de presse doit inclure le droit de publier des journaux privés et indépendants du contrôle du PCV ; la liberté de former des syndicats libres en dehors des structures du PCV, afin de protéger les travailleurs, doit être pleinement garantie. Le respect de ces libertés fondamentales sauvegarderont la libre expression des aspirations du peuple à la démocratie et l’exercice de son droit à la vie .;

- Pour contrer l’imposition aveugle sur tous les aspects de la société et de l’Etat d’une idéologie importée comme telle [c’est-à-dire le Marxisme-Léninisme], la renaissance de la civilisation vietnamienne fondée sur la tradition doit être encouragée. Cette civilisation doit soutenir l’héritage culturel national tout en restant ouverte aux échanges entre les cultures et ayant la capacité d’absorber la quintessence des courants culturels de l’humanité pour enrichir sa propre culture.

L’Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam en appelle et s’engage à soutenir tous les individus ou organisations cherchant à réaliser le programme politique pour le salut national en huit points suivant :

1. Construire une société tolérante, pacifique, pluraliste et égalitaire, une société s’abstenant de recourir à la guerre tant externe qu’interne, gouvernée par des institutions démocratiques dans un système multi-parti ;

2. Démanteler tous les mécanismes de contrôle discriminatoires et anti-démocratiques, notamment le triptyque constitué par le ly lich (curiculum vitae), le ho khau (permis de résidence obligatoire), et le réseau des cong an khu vuc (policiers de secteur). Organiser des élections libres et équitables sous la supervision des Nations Unies pour l’élection d’une Assemblée Nationale réellement représentative du peuple ; garantir le suffrage universel et le droit de se présenter aux élections pour tous les candidats et toutes les formations en dehors du PCV. Séparer les organes des pouvoirs de l’exécutif, du législatif et du judiciaire et construire une société fondée sur l’Etat de droit et sur les principes consacrés par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et par le Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques ;

3. Fermer définitivement tous les camps de rééducation. Relâcher tous les prisonniers politiques et de conscience détenus dans le nord du Vietnam après les accords de Genève de 1954 et dans le sud du Vietnam depuis 1975, et encourager tous les anciens prisonniers qui ont une formation et une expertise de participer au processus de reconstruction du pays. En même temps, encourager tous les professionnels, intellectuels, érudits, entrepreneurs, individus et organisations de la communauté vietnamienne en exil, qui ont quitté le pays comme boat-people après 1975, de revenir et de mettre à contribution les techniques et les expériences acquises dans les pays développés pour la reconstruction de leur patrie. Abroger toute la législation arbitraire et les restrictions à la liberté religieuse, et interdire la pratique de la "détention administrative" ;

4. Garantir le droit à la propriété privée, à la libre entreprise et le droit d’établir des syndicats libres. Accélérer les politiques d’industrialisation de l’agriculture et de modernisation de l’économie rurale et améliorer le niveau de vie des paysans et des fermiers, qui forment le potentiel de notre nation. Abandonner l’économie de marché à orientation socialiste car cette économie est surannée et impuissante à apporter des solutions aux problèmes de l’humanité après 74 années d’expérience dans l’Union Soviétique, un Etat ennemi du peuple qui, à force de provoquer l’hostilité de sa population, a disparu au début des années 1990. Développer le secteur du marché libre en accord avec les normes sociétales vietnamiennes, stimuler le développement d’une économie fondée sur la connaissance (knowledge-led economy) et la protection de l’environnement. Embrasser les tendances vers la globalisation comme un moyen pour mettre en œuvre un développement durable et promouvoir une paix et une sécurité globale, mais lutter contre les sérieux dangers posés par le processus actuel de globalisation économique qui promeut le libre-échange sans respect pour les droits de l’Homme et du travailleur. Concentrer tous les efforts pour réduire le fossé grandissant entre les riches et les pauvres, qui aliène notre peuple et déchire la société vietnamienne ;

5. Protéger notre souveraineté territoriale. Séparer clairement le politique du militaire ; l’armée, la sécurité et les services secrets ne devraient pas être employés comme l’instrument politique d’un parti politique. Réduire la taille des forces armées au niveau d’une force de temps de paix. Réduire le budget militaire et transférer les fonds récupérés vers l’éducation et la santé. Donner la priorité à l’éducation ; former d’urgence les personnes de talent et les experts capables de restaurer la prospérité de la nation ; préparer une jeune génération de transition [vers la démocratie] — des jeunes qui pourraient trouver une voie médiane entre, d’une part, les aspirations de la vieille génération révolutionnaire, partisane de la guerre et de l’anachronique concept de lutte des classes qui divise et paralyse le peuple, et, d’autre part, la soif de consommation, le culte de l’argent et les exigences de la subsistance quotidienne. L’accès à la santé doit être amélioré. La priorité doit être donnée à la résolution des graves problèmes de la malnutrition infantile et à l’amélioration des infrastructures de santé dans les régions rurales ;

6. Abolir toutes les formes dégradantes de cultures et d’idéologies importées qui pervertissent les valeurs spirituelles et morales vietnamiennes. Promouvoir le développement de la culture vietnamienne traditionnelle, fondée sur un esprit d’ouverture, de créativité et la capacité d’absorber la richesse et la diversité des cultures du monde entier. Soutenir les valeurs morales fondamentales de l’Humanisme, de la Sagesse et du Courage exhortées par nos ancêtres. Garantir la justice sociale, l’égalité et la pleine participation des femmes, la non-discrimination entre les religions ; respecter l’autonomie et les spécificités des minorités ethniques ; protéger les intérêts des étrangers vivant et investissant au Vietnam en conformité avec la loi et sur la base de la réciprocité ; garantir le droit et la dignité des Vietnamiens vivant à l’étranger .;

7. Respecter la souveraineté territoriale des nations voisines. Promouvoir une politique d’amitié, de dialogue et de coopération sur une base d’égalité avec les pays voisins dans les domaines économique, culturel, religieux et social. Consolider les efforts de promotion de la paix, de la sécurité et de la prospérité dans la région Asie-Pacifique. Se joindre aux pays voisins dans un effort commun d’encourager les valeurs de l’humanisme asiatique. En maintenant l’humanité au centre de la société, nous pouvons prévenir le marché libre de devenir un marché d’esclaves où les être humains seraient réduits à de simples denrées commerciales ;

8. Dans la politique étrangère, soutenir la tradition vietnamienne des relations amicales et pacifiques, et mettre en œuvre la diplomatie du "tam cong" ("gagner les cœurs") dans les relations avec les pays du monde. Promouvoir le dialogue, la coopération et l’aide mutuelle en vue de bénéfices réciproques, sans sacrifier l’identité ni la souveraineté nationale. Appliquer cette politique comme base pour accélérer la croissance économique et étendre l’industrialisation parallèlement au progrès social, afin de rattraper et de pouvoir suivre les nations démocratiques civilisées, progressistes et prospères à l’aube du XXIème siècle.

 

(Traduction par le Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme)

 

JE SOUTIENS L'APPEL

 

TOP

 


Quê Me : Action pour la Démocratie au Vietnam
& Comité Vietnam pour la Défense des Droits de L'Homme

48 rue Parmentier - 94450 Limeil Brévannes - France
Tel. +33 1 45 98 30 85 - Fax +33 1 45 98 32 61
E-mail: queme@compuserve.com